La Ryder Cup à Paris, avec ou sans l’accent belge ?

par Membersonly
Photo ©Warren Little

Le n°1 Belge s’est même retrouvé aux portes du top 20 mondial (23ème) en août dernier, suite à sa 4ème place au Bridgestone Invitational à Akron, dans l’Ohio. Déjà vainqueur à trois reprises sur le circuit européen, rien ne semblait contrarier l’Anversois âgé de 25 ans, qui avait accumulé les places de choix en début de saison outre-Atlantique. À savoir deuxième au Genesis Open (derrière le n°1 mondial Dustin Johnson) sur le parcours californien du Riviera Country Club, 5ème au WGC Mexico Championship puis surtout 4ème lors de son premier Masters d’Augusta.

Sa fin de saison ne fut cependant pas à la hauteur de ses (énormes) ambitions, lui qui prétend toujours devenir n°1 mondial. “Certaines choses m’ont déçu, je ne parvenais plus à me concentrer complètement sur mon golf. Je suis trop sanguin pour l’instant. Mais j’en ai tiré les leçons !” confiait-il lors de sa dernière conférence de presse en Belgique. À lui désormais d’évacuer sa frustration et de rectifier le tir après une finale catastrophique à Dubaï, où il a terminé le tournoi à la dernière place. Rien n’est cependant perdu, puisqu’il reste toujours dans le top 50 mondial (36ème actuellement) et pourra disputer tous les “majors” et tournois WGC l’an prochain, tandis qu’il jouera au minimum 15 tournois sur le PGA Tour américain très lucratif en prize-money et en points, notamment pour la Ryder Cup.

© Nico Vereecken/Photo News