La Costa de la Luz en pleine lumière

par Raymond Green

  La Costa de la Luz en pleine lumière

La côte atlantique de l’Andalousie est un havre de paix, idéal pour se ressourcer sous le soleil et pour swinguer sur de somptueux parcours de golf.  Escale au Melia Sancti Petri.

Par Miguel Tasso

Lorsqu’il s’agit de séjourner en Andalousie, la côte atlantique est traditionnellement moins prisée que sa voisine méditerranéenne. C’est dommage et injuste car elle recèle de purs trésors pour les amateurs de farniente, de gastronomie, de culture et, bien sûr, de golf. Embarquement immédiat pour la Costa de la Luz !

Nous élisons résidence à Novo Sancti Petri, l’une des stations balnéaires les plus tendances de la région. Ici, nous sommes dans la province de Cadix, à une demi-heure de voiture de Jerez de la Frontera, à une heure de Séville. La côte est encore sauvage et balisée par les dunes ; les plages de sable fin sont immenses. On est à des années lumières des dérives de la Costa del Sol voisine, où les buildings et la course aux profits ont complètement dénaturé l’environnement. L’immobilier est bien mieux maîtrisé. Il y a des immeubles, certes. Mais ils ne choquent pas le regard du passant. Il y a surtout de l’espace à perte de vue avec, toujours, l’océan en point de mire. On est au Sud de l’Espagne mais loin du stress et du brouhaha. Et on se laisse guider par l’air du temps, les embruns, les envies.

L’art de vivre andalou

Le catalogue des excursions est très large. L’Andalousie est un coin bénit des dieux dont on ne se lasse jamais. Séville, majestueuse et solennelle, est toute proche et mérite évidemment le détour. C’est l’une des plus belles villes d’Espagne, tant pour son patrimoine culturel que pour son ambiance si festive. Jerez de la Frontera, capitale du flamenco et du Sherry, dégage aussi un parfum andalou certifié conforme. Cadix est une cité portuaire très animée rendue célèbre par Christophe Colomb. Et il y a aussi la fameuse route des « villages blancs », si typiques et souvent nichés au sommet de petites montagnes dans la Sierra. On en dénombre une vingtaine et ils méritent tous l’escale.

La région est évidemment réputée pour sa gastronomie. Et, notamment, pour ses poissons et crustacés. Les langoustines de Sanlucar sont très recherchées des connaisseurs, à l’instar des gambas ou des poissons blancs, comme la daurade. Cuite au sel ou parfumée d’ail, celle-ci n’a pas son pareil ! Nul besoin, pour savourer ces délices de la mer, de réserver une grande table étoilée. Les restaurants de plage – les célèbres « chiringuitos » – répondent à toutes les attentes, sans le moindre protocole. On se laisse guider par son humeur du jour : c’est la recette de tous les plaisirs.

Mais la Costa de la Luz, c’est d’abord une atmosphère, un état d’esprit. Ici, le temps semble s’arrêter devant les 138 kilomètres de plage, éternellement baignés de soleil. Les habitants vivent au rythme des marées ; les visiteurs aussi.

La griffe Melia 

L’hôtel Melia Sancti Petri, un cinq étoiles idéalement situé face à l’Atlantique, sur la magnifique plage de la Barrosa, est le plus prestigieux de la côte. Inauguré en 2000 par le roi Juan Carlos en personne, ce véritable palais andalou de bord de mer, doté de 225 chambres, fait référence et vient, en prime, d’être entièrement rénové. Le résultat est remarquable. L’hôtel s’inscrit pleinement dans l’esprit de la région et répond à tous les critères sélectifs d’une clientèle exigeante avec un service premium haut de gamme, des restaurants de qualité (dont un gastronomique et étoilé supervisé par le Chef Angel Leon), plusieurs piscines, un centre de Welness et de beauté, un Kids Club et, en descendant vers la mer, une plage privée avec un restaurant les pieds dans l’eau, ou presque !

Proposé par Melia dans ses meilleurs établissements, le service « The Level » inclut des chambres exclusives avec jardin privatif et une piscine « adults only » dotée de lits balinais. « The Level» est un vrai must et intègre également un open bar, un petit déjeuner privatif et une foule de détails, comme le check-in personnalisé ou la carte des oreillers. Considéré comme l’un des meilleurs Resorts d’Espagne, le Melia Sancti Petri collectionne les récompenses et s’érige en point d’ancrage idéal, notamment pour les golfeurs.

Le paradis du golf

 

Car cette terre de vacances, où le soleil  darde ses rayons 300 jours par an,  est aussi un paradis pour le swing avec, rien que sur la        province de Cadix, une trentaine de clubs ! Les célèbres parcours proches du Rocher de Gibraltar (Valderrama, Sotogrande, La Reserva, San Roque, Almenara) sont situés à un peu plus d’une heure de route. Mais il est possible d’assouvir son appétit de birdies sur des terrains de très grande qualité dans un rayon de quelques kilomètres à peine.

A Sancti Petri, l’offre est déjà très vaste avec le « Club Novo Sancti Petri » qui propose deux parcours de 18 trous, dont un dessiné par le regretté Severiano Ballesteros. De construction plus récente, le parcours « La Estancia » a fait l’objet de travaux de rénovation et s’avère très intéressant à jouer, surtout lorsque le vent est de la partie.

Près de Jerez, le « championship course » de Montecastillo, qui a accueilli tant de grandes compétitions internationales, fait toujours référence. Il porte, rappelons-le, la griffe du grand Jack Nicklaus. On aime beaucoup, aussi, le club de Montemedio dont le parcours de 18 trous a été dessiné en pleine nature, au coeur d’une faune et d’une flore improbables, dans un cadre enchanteur.

En fonction de son agenda golfique, le connaisseur programmera également une escale au magnifique Arcos Golf (sis à Arcos de la Frontera), qui bénéficie d’un  un parcours très spectaculaire, balisé par d’énormes bunkers. La parcours de  Villanueva, construit près de Puerto Real, est également très intéressant. Il dégage un petit air de links écossais en pleine baie de Cadix !